Où nous trouver ?

Bibliothèque féministe du Planning familial du plateau de Millevaches

Ouverte le premier mercredi de chaque mois de 16 h à 20 h en été
et de 15 h à 19 h en hiver

Maison des associations
2 côte de Vinzan
19290 Peyrelevade

Contacter le planning familial :

07 87 83 22 49

Toni Morrison

 
Toni Morrison. Source: Wikipedia

Toni Morrison, née Chloe Ardelia Wofford le à Lorain dans l'État de l'Ohio et morte le à New York, est une romancière, essayiste, critique littéraire, dramaturge, librettiste, professeure de littérature et directrice de publication américaine.

Elle est lauréate du prix Pulitzer en 1988 et du prix Nobel de littérature en 1993 pour lequel elle est la huitième femme et la première Afro-Américaine à avoir reçu cette distinction.

Biographie

Jeunesse et formation

Toni Morrison née Chloe Ardelia Wofford est la seconde des quatre enfants (Lois sa sœur aînée, George et Raymond ses frères cadets) de Ramah, une femme de ménage, et de George Wofford, un soudeur,.

Ses grands-parents maternels, Ardelia et John Solomon Willison, avaient fui successivement l'ambiance raciste, ségrégationniste de l'Alabama puis du Kentucky, pour s'installer dans l'Ohio et du côté paternel, les grands-parents avaient quitté la Géorgie où ils travaillaient comme métayers.

Toni Morrison passe son enfance et son adolescence à Lorain, ville de la banlieue de Cleveland, habitée par des personnes aux ascendances diverses : Tchèques, Allemands, Irlandais, Italiens, Grecs, Serbes, Mexicains et Afro-Américains. Si Toni Morrison a connu l'exclusion, en revanche elle n'a pas subi les violences racistes comme les ont rapportées d'autres écrivains, tels que Maya Angelou, Dick Gregory et Richard Wright. Dans une interview donnée à la station National Public Radio, elle indique : « I didn't really have a strong awareness of segregation and the separation of races until I left Lorain » (« je n'avais pas vraiment une claire conscience de la ségrégation et du racisme jusqu'à ce que je quitte Lorain »).

Les parents de Toni encouragent leurs enfants aux études, à la lecture, dès leur plus jeune âge, c'est ainsi que lorsque la jeune Toni Chloé entre en première année du cycle primaire, à la Hawthorne Elementary School (qui lui rend hommage par une plaque commémorative), elle est non seulement la seule afro-américaine, elle est aussi le seul élève de la classe à savoir déjà lire,.

Lorsqu'elle a douze ans, elle se convertit au catholicisme ; elle prend pour nom de baptême Antony en mémoire de St. Antoine de Padoue. Plus tard, alors qu'elle est étudiante à l'université Howard, s'apercevant que beaucoup de gens éprouvent des difficultés à bien prononcer son prénom de Chloé, elle décide de se faire appeler par son prénom de baptême, Antony, abrégé en Toni Wofford. C'est ce diminutif accolé au nom de son futur mari qu'elle choisit par la suite comme nom d'auteur, choix qu'elle dira par la suite avoir regretté.

Elle fait ses études secondaires à la Lorain High School (en), une école secondaire non ségréguée, elle y manifeste son goût pour la littérature générale et latine et se passionne en particulier pour les œuvres de Jane Austen, les romanciers russes comme Léon Tolstoï et les classiques du XIXe siècle comme Madame Bovary de Gustave Flaubert.

Ayant réussi brillamment son diplôme de fin d'études secondaires, elle est admise en 1949 à la plus prestigieuse des universités afro-américaines, l'université Howard, pour y étudier la littérature. Elle y obtient le Bachelor of Arts (licence) en 1953, après avoir bénéficié de l'enseignement du poète Sterling Brown et du philosophe Alain Locke.

Désireuse de continuer ses études, elle est admise à l'université Cornell, où elle soutient son Master of Arts (master 2) en 1955, intitulé “Virginia Woolf’s and William Faulkner’s Treatment of the Alienated.”, qui porte sur le thème du suicide dans l’œuvre de William Faulkner et de Virginia Woolf.

Carrière universitaire

Après son diplôme, elle entame une carrière de professeur à l'université de Texas Southern (de 1955 à 1957), avant de retourner à l'université Howard comme maître-assistante en littérature anglaise de 1957 à 1964. Parmi ses étudiants se trouve le futur militant des droits civiques Stokely Carmichael. Puis elle enseigne successivement à l'université Cornell, l'université d'État de New York (de 1984 à 1989), l'université Yale (de 1976 à 1977), au Bard College (de 1986 à 1988) et devient professeure titulaire de la chaire Robert F. Goheen, à l'université de Princeton en 1989, poste qu'elle occupera jusqu'à sa retraite en 2006.

Ses débuts littéraires

Après son divorce en 1964, elle s'installe à Syracuse puis à New York et travaille comme directrice de publication chez Random House. En 1967, elle est promue directrice d'édition, chargée du secteur de la littérature afro-américaine ; elle contribue à sa diffusion et valorisation, en éditant, entre autres, les biographies de Mohamed Ali et Angela Davis, les œuvres de Toni Cade Bambara, Gayl Jones, Leon Forrest (en), Chinua Achebe, Wole Soyinka, Athol Fugard, ainsi qu'une anthologie relatant l'histoire des Noirs aux États-Unis, The Black Book,.

Toni Morrison commence à écrire de la fiction au sein d'un groupe informel de poètes et d'écrivains de l'Université Howard qui se réunissent pour discuter de leur travail. Dans ce cadre, elle participe à une séance où elle présente une nouvelle sur une fille noire aspirant à avoir les yeux bleus, qui lui a été inspirée par les propos d'une de ses amies d'enfance. Elle développe plus tard l'histoire dans son premier roman, The Bluest Eye (L'Œil le plus bleu). Elle a alors 39 ans, et se lève tous les matins à 4 heures du matin pour écrire, alors qu'elle élève seule deux enfants,. Le livre est publié par Holt, Rinehart et Winston en 1970. Il reçoit un accueil favorable de la part de John Leonard, critique littéraire au New York Times, qui parle d'une « prose si précise, si fidèle à la parole et si chargée de douleur et d'émerveillement que le roman devient une poésie » et précise « Mais The Bluest Eyes, c'est aussi de l'Histoire, de la sociologie, du folklore, des cauchemars et de la musique ». Le roman se vend mal au début, mais l'Université de la ville de New York l'inscrit dans la bibliographie recommandée de son nouveau département d'études sur les Noirs, comme d'autres facultés, ce qui stimule les ventes. Le livre attire également l'attention de Robert Gottlieb (en), un éditeur réputé de Knopf, rattaché à la maison d'édition Random House. Par la suite, Gottlieb éditera la plupart des romans de Toni Morrison.

En 1975, le deuxième roman de Toni Morrison, Sula (1973), traitant de l'amitié entre deux femmes noires, est nommé pour le National Book Award. Son troisième roman, Song of Solomon (1977), retrace la vie de Macon "Milkman" Dead III, de sa naissance à l'âge adulte, à la découverte de son héritage. Ce roman lui vaut une reconnaissance nationale, avec une sélection sur la liste principale des « livres du mois », éditée par le club du livre américain. C'est le premier roman d'un écrivain afro-américain à être choisi depuis The Native Song, de Richard Wright en 1940. Song of Solomon remporte également le prix du National Book Critics Circles / Cercle national des critiques du livre.

Lors de sa cérémonie d'ouverture de 1979, le Barnard College décerne à Toni à Morrison la Barnard Medal of Distinction (en), sa plus haute récompense.

Morrison donne à son roman suivant, Tar Baby (en) (1981), un décor contemporain. Jadine, mannequin de mode obsédée par son apparence, tombe amoureuse de Son, un vagabond sans le sou qui se sent à l'aise dans son identité de Noir.

En 1983, Morrison délaisse l'édition pour consacrer plus de temps à l'écriture, et vit alors dans un hangar à bateaux reconverti sur le fleuve Hudson à Nyack, New York,. Elle enseigne la littérature anglaise à l'université d'État de New York (SUNY) et à l'université Rutgers du Nouveau-Brunswick. En 1984, elle est nommée à la chaire Albert Schweitzer de l'université d'État de New York à Albany.

Sa première pièce de théâtre, Dreaming Emmett, traite de l'assassinat d'un adolescent afro-américain âgé de 14 ans, Emmett Till, après avoir été torturé, meurtre commis en 1955 par des Blancs. La pièce est jouée en 1986 à l'Université d'État de New York à Albany, où elle enseigne,. Toni Morrison a également été professeur invitée au Bard College de 1986 à 1988,.

Beloved et la reconnaissance internationale

En 1987, Toni Morrison publie son roman le plus célèbre, Beloved, le premier tome d'une trilogie comportant Jazz puis Paradis. Ce roman s’inspire de l’histoire vraie d’une esclave afro-américaine, Margaret Garner, que Toni a découverte alors qu'elle rédigeait The Black Book. Fuyant l'esclavage, Margaret Garner est poursuivie par des chasseurs d'esclaves. Pour échapper à la capture, elle tue sa fille de deux ans, mais est prise avant de pouvoir se suicider. Le roman de Morrison imagine le bébé mort, « adoré » (beloved), revenant, tel un fantôme, hanter sa mère et sa famille.

Beloved est plébiscité par la critique et reste meilleure vente pendant 25 semaines. Pour la critique littéraire Michiko Kakutani, du New York Times, la scène où la mère tue son bébé est « tellement brutale et troublante qu'elle semble réunir l'avant et l'après en une ligne unique et inébranlable du destin. »,. L'écrivaine canadienne Margaret Atwood écrit dans une revue pour le New York Times : « La polyvalence de Mme Morrison, son ampleur technique et émotionnelle ne semblent connaître aucune limite. S'il y avait des doutes sur son statut de romancier américain par excellence, de sa propre génération ou de toute autre génération, Beloved va les faire taire. »,.

Cependant, la critique n'est pas unanime. Le critique social-conservateur afro-américain Stanley Crouch, par exemple, se plaint dans son article paru dans The New Republic que le roman « se lit en grande partie comme un mélodrame structurellement basé sur les concepts des miniséries », et que Morrison « interrompt perpétuellement son récit avec des publicités idéologiques larmoyantes »,,.

Malgré son succès, Beloved ne remporte pas les prestigieux National Book Award ou National Book Critics Circle Award. Quarante-huit critiques et écrivains noirs dont Maya Angelou, Henry Louis Gates Jr., Amiri Baraka, John Edgar Wideman et Angela Davis protestent contre cette omission dans une pétition publiée par The New York Times le ,. Deux mois plus tard, elle obtient le prix Pulitzer pour Beloved, en 1988. Le , elle reçoit le prix Nobel de littérature pour « ses romans caractérisés par une force visionnaire et une portée poétique, qui donne vie à un aspect essentiel de la réalité américaine. ».

En 1993, elle fait la une du magazine Time.

En 2005, elle est faite docteur honoris causa en arts et littérature de l'université d'Oxford, puis en 2011, de l'université de Genève. En 2006, le jury du supplément littéraire du New York Times consacre Beloved « meilleur roman de ces 25 dernières années » et en novembre de la même année, le musée du Louvre fait de Toni Morrison son invitée d'honneur, proposant un programme de lectures, rencontres et conférences avec l'autrice et ses amis artistes, écrivains ou professeurs.

Depuis 2002, elle s'investit également dans la littérature pour enfants avec son fils Slade Morrison (qui meurt en 2010 à l'âge de 45 ans). Elle prend également la direction du magazine The Nation.

Son roman le plus connu et le plus vendu, Beloved, a été adapté au cinéma en 1998 par Jonathan Demme avec Oprah Winfrey, Danny Glover et Thandie Newton dans les rôles principaux.

Toni Morrison est également critique littéraire,, et essayiste abordant divers sujets comme la façon dont les femmes afro-américaines regardent les autres femmes, comment grandir quand on a la peau noire, etc. Ses écrits contribuent au combat des Afro-Américains pour leur émancipation.

Le site de la Public Broadcasting Service (PBS) la classe comme l'un des dix plus grands auteurs de la littérature afro-américaine.

Vie privée

En 1958, elle épouse Harold Morrison, un architecte originaire de la Jamaïque, avec qui elle a deux enfants : Harold Ford et Slade Kevin. Ils divorcent en 1964.

Après sa retraite, elle vit à New York, sur les rives du fleuve Hudson.

Mort

Toni Morrison meurt le ,, au Montefiore Medical Center (en) à New York, des suites d'une pneumonie.

De nombreuses personnalités américaines et internationales lui rendent hommage,, comme, entre autres, Oprah Winfrey, Tracee Ellis Ross, Gabrielle Union, Shonda Rhimes, Bette Midler, Common, Kerry Washington, Barack Obama, Bernie Sanders, Beto O'Rourke, Nancy Pelosi, Hillary Clinton, Kamala Harris, Stacey Abrams, Clint Smith (writer) (en), Ilhan Omar , Marc Lamont Hill (en), Danielle Brooks, Terry McMillan, Lydia Polgreen, Yamiche Alcindor (en), Angela Rye (en), Barry Jenkins, Ava Duvernay, Alfred A. Knopf, Laverne Cox, J. August Richards, Tamron Hall (en), Robin Roberts (newscaster) (en), Jason Reynolds (en), Gabrielle Union, Roxane Gay, Isaiah Washington, Celeste Ng, Billie Jean King, Sarah Weinman (en), Nicola Sturgeon, George Takei, Kimberly Hébert Gregory (en), Wendell Pierce, Kirsten Gillibrand, Jeremy O. Harris (en), Beto O'Rourke, Robin Thede (en), Hari Kunzru, Julie Dash, Franck Riester, Bernard-Henri Levy, la Présidence de l’Élysée, Christiane Taubira, Arnaud Laporte, Christine Kelly, Michel Mompontet, Hicham Nazzal, Roukiata Ouedraogo, Christian Salmon, etc.

Elle est inhumée au cimetière South-View, dans l'état de Géorgie.

Opinions politiques

Aux États-Unis, un article de Toni Morrison, paru dans le New Yorker le concernant Bill Clinton, va susciter des controverses. Se moquant des indignations au sujet de l'affaire Lewinsky et autres soupçons accablant le Président, elle dit que les Afro-Américains le comprennent, car ils ne connaissent que trop bien les accusations et réprobations hâtives faites au nom du puritanisme hypocrite. À partir de cette analogie, elle qualifie Bill Clinton de « premier président noir américain, plus noir que n'importe quel Noir », expliquant son idée par le fait que « Clinton présente toutes les caractéristiques du citoyen noir : issu d'une famille monoparentale, pauvre, de la classe ouvrière, jouant du saxophone et aimant la malbouffe des fast-foods comme un garçon de l'Arkansas ». Cette opinion a été adoptée par les supporters de Clinton notamment au Caucus noir du Congrès (Congressional Black Caucus ou CBC) ou au contraire tournée en dérision par ses détracteurs. L'animateur républicain et conservateur Rush Limbaugh fait souvent référence, de manière sarcastique, à l'ancien président en reprenant les termes de Toni Morrison.

Toni Morrison a apporté publiquement son soutien à Barack Obama lors de l'investiture démocrate puis pour ses campagnes aux élections présidentielles de 2008 et 2012,.

Le président Barack Obama la décore par ailleurs de la Médaille présidentielle de la Liberté fin 2012.

Œuvres

Romans

  • The Bluest Eye, Plume, 1 juin 1970, rééd. 6 septembre 2005, 216 p. (ISBN 9780452287068),
  • Sula, New York, Plume Books (réimpr. 1974, 1980, 1982, 1989, 2002, 2004, 2005) (1re éd. 1973), 196 p. (ISBN 9780452283862, OCLC 1408340735, lire en ligne),
  • Song of Solomon, Vintage, 1977, rééd. 8 juin 2004, 337 p. (ISBN 9781400033423),
  • Tar Baby, New York, Knopf, distribution Random House (réimpr. 1983, 1987, 1991, 1993, 1997, 2001, 2004, 2007, 2008, 2014, 2016, 2024) (1re éd. 1981) (ISBN 9780394423296, OCLC 890088723, lire en ligne),
  • Beloved, New York, Knopf / distribution par Random House (réimpr. 1987, 1988, 1991, 1997, 1998, 2005) (1re éd. 1986), 324 p. (ISBN 9780394535975, OCLC 1003447276, lire en ligne),
  • Jazz, New York, Plume Books (no 2) (réimpr. 1992, 1993, 1994, 1997, 1999, 2001, 2004, 2005, 2007, 2014, 2019, 2022, 2024) (1re éd. 1991), 244 p. (ISBN 9780452269651, OCLC 1150090656, lire en ligne),
  • Paradise, New York, Plume (réimpr. 1997, 1998, 1999, 2004, 2007, 2010, 2014, 2024) (1re éd. 1993), 340 p. (ISBN 9780452280397, OCLC 1036752343, lire en ligne),
  • Love, New York, Knopf : Distribution Random House (réimpr. 2004, 2005, 2008, 2016, 2023, 2024) (1re éd. 2003), 228 p. (ISBN 9781784877286, OCLC 1393078886, lire en ligne),
  • A Mercy, New York, Knopf Publishing Group (réimpr. 2009, 2010, 2011, 2016, 2017, 2024) (1re éd. 2008), 167 p. (ISBN 9780307264237, OCLC 316855744, lire en ligne),
  • Home, Londres, Chatto & Windus, , 168 p. (ISBN 9780701186074, OCLC 1256239550, lire en ligne),
  • God Help the Child, New York, Knopf (réimpr. 2016, 2017, 2019) (1re éd. 2015), 200 p. (ISBN 9780307594174, OCLC 906031042, lire en ligne),

Livres pour la jeunesse

  • Toni Morrison et Slade Morrison (ill. Giselle Potter), The Big Box, New York, Hyperion Books for Children/Jump at the Sun, (réimpr. 2002) (1re éd. 1999), 48 p. (ISBN 9780786812912, OCLC 1416299338, lire en ligne),
  • Toni Morrison et Slade Morrison (ill. Pascal Lemaître), The Book of Mean People, New Nork, Little, Brown Books for Young Readers, (réimpr. 2005, 2022) (1re éd. 2002), 68 p. (ISBN 9780316349673, OCLC 947194449, lire en ligne),
  • Toni Morrison et Slade Morrison (ill. Pascal Lemaître), Who's Got Game? Poppy or the Snake?, New York, Scribne (réimpr. 2010, 2014) (1re éd. 2003), 40 p. (ISBN 9780743222488, OCLC 1269803944, lire en ligne),
  • Remember : The Journey to School Integration, Boston, Massachusetts, Houghton Mifflin Co., , 88 p. (ISBN 9780618397402, OCLC 1036838472, lire en ligne),,
  • Peeny Butter Fudge (ill. Joe Cepeda), Simon Schuster/Paula Wiseman Books, , 32 p. (ISBN 9781416983323),
  • Toni Morrison et Slade Morrison (ill. Sean Qualls), Little Cloud and Lady Wind, New York, Simon & Schuster Books for Young Readers (réimpr. 2015) (1re éd. 2010), 40 p. (ISBN 9781416985235, OCLC 891858663, lire en ligne),
  • Toni Morrison et Slade Morrison (ill. Shadra Strickland), Please, Louise, New York, Simon & Schuster Books for Young Readers (réimpr. 2016) (1re éd. 2013), 36 p. (ISBN 9781416983385, OCLC 877912576, lire en ligne),

Nouvelles

Récitatif 1983

Essais

  • Playing in the Dark: Whiteness and the Literary Imagination, Harvard University Press, , 110 p. (ISBN 9780674673779),
  • Burn This Book: PEN Writers Speak Out on the Power of the Word, Harper, , 128 p. (ISBN 9780061774003),
  • The Origin of Others, Harvard University Press, 2016, rééd. 18 septembre 2017, 114 p. (ISBN 9780674976450),
  • The Source of Self-Regard: Selected Essays, Speeches, and Meditations, Knopf Publishing Group, , 354 p. (ISBN 9780525521037),

Librettiste

  • Livret de l'opéra Margaret Garner (opéra) (en) qui reprend la vie de Margaret Garner, sur une musique de Richard Danielpour, 2005,.

Théâtre

  • Desdemona (pièce) (en), éd. Oberon Books, 2012, mis en scène en 2011
  • Dreaming Emmett (en), 1985

Collaboration

  • Autobiographie, d'Angela Davis, 1974,
  • Toni Morrison (dir.), Andrew Ross et Manning Marable (préf. Toni Morrison), Race-Ing Justice, En-Gendering Power : Essays on Anita Hill, Clarence Thomas, and the Construction of Social Reality, New York, Pantheon Books (réimpr. 1993) (1re éd. 1992), 514 p. (ISBN 9780679741459, OCLC 645958327, lire en ligne),

Recueil d'interviews

  • Conversations With Toni Morrison, Jackson, Mississippi, University Press of Mississippi, coll. « Literary Conversations Series », , 316 p. (ISBN 9780878056910, lire en ligne),

Anthologie

  • Carolyn C. Denard (dir.), What Moves at the Margin : Selected Nonfiction, Jackson, Mississippi, University Press of Mississippi, , 256 p. (ISBN 9781604730173, OCLC 608461995, lire en ligne),

Livres traduits en français

Romans

Livres pour enfants

Essais

  • L'Origine des autres, traduit par Christine Laferrière, éd. Christian Bourgois, 2018,
  • Entre vos mains, illustré par Pascal Lemaître, et traduit par Benoîte Dauvergne, éd. L'Aube, 2018. Discours prononcé au moment de recevoir le prix Nobel à Stockholm.,
  • Sous la direction de Andrée-Anne Kekeh-Dika et Maryemma Graham et Janis A. Mayes, Toni Morrison, Au-delà du visible ordinaire / Beyond the Ordinary Visible, éd. Presses universitaires de Vincennes, 2015
  • Playing in the Dark : blancheur et imagination littéraire, traduit par Pierre Alien, éd. Christian Bourgois, 1993, réédition 2007,

Réception

Avis généraux

Toni Morrison a donné un nouveau souffle à la littérature américaine de la seconde moitié du XXe siècle en général et aux lettres afro-américaines en particulier pour l'E. Universalis. Pour le Magazine littéraire, son style allie précision, violence, lyrisme et acuité de l'observation psychologique et sociale. La plupart de ses romans se rapprochent du réalisme magique latino-américain. Entre rêve et réalité, ils décrivent la misère des Noirs aux États-Unis depuis le début du XXe siècle dont ils restituent les voix passées ou présentes et le folklore. Avec l'approche d'une conteuse, Morrison en recompose, fragment par fragment, la mémoire dense et complexe. Son œuvre revisite systématiquement l'histoire de son pays du point de vue des laissés-pour-compte et se dote de techniques narratives singulières, puisant son inspiration dans le jazz, l'oralité, l'argot et la culture populaire. Les romans de Morrison sont polyphoniques. Ils fragmentent la chronologie, ont recours aux récits enchâssés et à l'épiphanie, font circuler le point de vue de différents personnages et répètent des scènes identiques sous un angle différent. Selon l'Académie suédoise, « on ne peut qu'être séduit par sa remarquable technique narrative qui porte la marque d'un esprit original, même si l'on peut en déceler les racines chez Faulkner et les Américains des États du Sud. ». L'auteure mêle une peinture minutieuse de l'esclavage et du ségrégationnisme américains à des éléments narratifs irrationnels, surnaturels ou merveilleux, pour la plupart inhérents aux croyances et aux mythes afro-américains.

Ses récits, qui refusent le manichéisme, trouvent un écho contemporain et évoquent les difficultés internes à l'éthique de la communauté noire qui, outre le racisme et la pauvreté, se voit déchirée entre l'héritage culturel des ancêtres et le modèle de promotion sociale des Blancs. Les thèmes de l'identité bafouée, de l'origine insaisissable et du déracinement occupent une place centrale dans son œuvre.

Ses fictions ont presque toutes pour personnage principal des femmes généralement martyrisées, ce qui lui a valu l'étiquette d' « écrivain féministe » qu'elle n'a jamais revendiquée, déclarant à ce sujet qu'elle déteste les catégories et que « Ce serait rebutant pour certains lecteurs qui pourraient croire que je me suis engagée dans l'écriture d'un tract féministe. Je ne souscris pas au patriarcat mais je ne crois pas qu'il doive être supplanté par un matriarcat. Je pense que c'est une question d'équité d'accès et une manière d'ouvrir les portes sur toutes sortes de choses. ».

La romancière se déclare défiante envers toute identité figée et prend également ses distances avec un certain discours idéologique sur l'identité noire,. Ses ouvrages, dans lesquels cohabitent le registre tragique et un questionnement métaphysique, atteignent une forme d'humour qui passe par une tonalité burlesque et fantastique, relève l'Encyclopædia Universalis.

Références au sein de l'œuvre et difficultés de lecture

Plusieurs auteurs ont souligné l'incapacité de nombreux critiques littéraires à comprendre en profondeur le sens de l'œuvre de Toni Morrison. Ainsi, pour Marni Gauthier, en 2005, les critiques adressées à Paradise sur l'opposition manichéenne entre hommes porteurs de vices et femmes porteuses de vertus ratent un élément important : la déconstruction du roman national américain via une transposition caricaturale et une inversion de schémas sociaux. Elle analyse ainsi, parmi de multiples autres éléments, que la valorisation au plus haut degré d'une peau authentiquement noire et le rejet des personnes à la peau trop claire par l'un des pères fondateurs (Old fathers) puis par la communauté entière qui met en œuvre une « loi du sang » implicite, n'est qu'un écho inversé de la one-drop rule, cette loi qui classe comme Noire toute personne ayant le moindre ascendant africain, même très lointain. De la même façon, l'idéal de pureté féminin et le traitement des femmes dans le roman, y compris le massacre des femmes du couvent, renvoient à l'hégémonique « culte de la vraie féminité » du XIXe siècle, et à l'assimilation forcée des peuples indo-américains. Pareillement, Geneva Cobb Moore relève en 2011 pour Un don que la compréhension de cette déconstruction du roman national et des mythes fondateurs américains nécessite la prise en compte des très nombreuses références parodiques disséminées dans le texte, ce qui n'est pas toujours de règle chez les critiques.

Censure

Les livres de Toni Morrison ont donné lieu à de nombre actes et tentatives de censure. En 1995, à la grande surprise de Toni Morrison, c'est le cas de Paradise, pour « incitation à l'émeute publique ». Beloved et L'Œil le plus bleu figurent avec des motifs divers (contenu sexuellement explicite, violent, mots offensants, inadapté à l'âge des enfants, présence d'un point de vue religieux, scène d'inceste) sur la liste des « 100 livres les plus censurés ou proposés à la censure de la décennie 2010-2019 », publiée par l'Association américaine des bibliothèques. Ces deux ouvrages figuraient déjà dans la liste de la décade précédente, aux côtés du Chant de Salomon. Un projet de loi rémanent de l'État de Virginie, s'opposant à l'utilisation dans les lycées de livres avec un contenu sexuel explicite, visant entre autres Beloved et L'Œil le plus bleu, est surnommé Beloved bill. Au-delà du contenu à caractère sexuel, c'est pour certains observateurs la difficulté en Amérique de faire face à son passé esclavagiste qui ressort de ces tentatives.

Le Parti républicain milite en 2021 pour le retrait des écoles au niveau national des livres qui « corrompent » les écoliers avec des concepts tels que le « racisme structurel » ou le « privilège blanc ». Des livres de Toni Morrison sont notamment visés.

Pour Toni Morrison, la pensée même de vouloir « effacer » les écrits des autres est un cauchemar, et elle a longtemps milité contre la censure, considérant que c'est la même inspiration qui prévalait lorsque les grands-parents des censeurs actuels prétendaient rendre la lecture illégale pour les Noirs.

Prix et distinctions

  • 1975 : Lauréate du Ohioana Book Award pour le roman Sula,
  • 1977 : Lauréate du National Book Critics Circle Award pour son roman Song of Solomon,
  • 1977 : Lauréate du Prix Janet Heidinger Kafka pour son roman Song of Solomon
  • 1977 : Lauréate de l'American Academy and Institute of Arts and Letters Award,
  • 1987–88 : Lauréate du Robert F. Kennedy Book Award, décerné par le Robert F. Kennedy Human Rights (en),
  • 1988 : Lauréate du Helmerich Award (en),
  • 1988 : Lauréate de l'American Book Award pour son roman Beloved,
  • 1988 : Lauréate du Anisfield-Wolf Book Award mention relation inter-raciales pour Beloved,
  • 1988 : Lauréate du Prix Pulitzer, catégorie "littérature" pour Beloved,
  • 1988 : Lauréate du Frederic G. Melcher Book Award décerné par l'Association Universaliste Unitarienne pour Beloved,
  • 1988 : Récipiendaire de la Ohioana Career Medal pour ses contributions à l'éducation, la littérature, et à l'humanisme,
  • 1989 : Élévation au grade de docteur honoris causa en littérature par l'Université Harvard,
  • 1993 : Lauréate du prix Nobel de littérature ,
  • 1993 : Élévation au grade de Commandeur dans l'Ordre des Arts et des Lettres,
  • 1994 : Récipiendaire de la médaille Condorcet,
  • 1994 : Lauréate du Pearl Buck Award,
  • 1994 : Lauréate du Prix Rhegium Julii de Littérature,
  • 1996 : Sélectionnée par la Fondation nationale pour les sciences humaines pour faire une conférence dans le cadre des Jefferson Lecture (en),
  • 1996 : Récipiendaire de la National Book Foundation's Medal of Distinguished Contribution to American Letters pour l'ensemble de son œuvre,
  • 2000 : Récipiendaire de la National Humanities Medal décernée par le National Endowment for the Humanities,
  • 2002 : Sélectionnée dans le dictionnaire consacré aux figures afro-américaines 100 Greatest African Americans rédigé sous la direction du professeur Molefi Kete Asante,
  • 2005 : Élévation au grade de docteur honoris causa par l'université d'Oxford,
  • 2007 : Élévation au grade de docteur honoris causa par l'université Paris-Sorbonne, éloge par le Pr Pierre Brunel
  • 2008 : Inscription au New Jersey Hall of Fame,,
  • 2009 : Lauréate du Norman Mailer Prize (en), décerné par le Norman Mailer Center,
  • 2010 : Élévation au grade d'Officier dans l'Ordre national de la Légion d'Honneur,
  • 2010 : Récipiendaire de l'Institute for Arts and Humanities Medal pour son éminente contributions aux arts et aux humanités délivrée par l'université d'État de Pennsylvanie,,
  • 2011 : Lauréate du Library of Congress Prize for American Fiction (en),
  • 2011 : Élévation au grade de docteur honoris causa par l'université Rutgers,
  • 2011 : Élévation au grade de docteur honoris causa par l'université de Genève,
  • 2012 : Récipiendaire de la Médaille présidentielle de la Liberté (Presidential Medal of Freedom) remise par Barack Obama,
  • 2013 : Récipiendaire de la Nichols-Chancellor's MedalMédaille William-H.-Nichols décernée par l'université Vanderbilt,
  • 2014 : Lauréate du Ivan Sandrof Lifetime Achievement Award décerné par le National Book Critics Circle (en),,
  • 2016 : Lauréate du PEN/Saul Bellow Award for Achievement in American Fiction (en),
  • 2016 : Sélectionnée par l'université Harvard pour donner un cycle de conférences dans le cadre des Charles Eliot Norton Lectures (en),
  • 2016 : Récipiendaire de la Edward MacDowell Medal (en), décernée par la MacDowell Colony,
  • 2018 : Récipiendaire de la médaille Thomas Jefferson, décernée par l'American Philosophical Society.
  • 2020 : inscription au National Women's Hall of Fame.

Hommages

  • Le National Portrait Gallery de l'Institut Smithsonian organise du 2019 au une exposition consacrée à Toni Morrison.
  • En 2022, un cratère à la surface de Mercure est nommé Morrison en son honneur.

Notes et références

Pour approfondir

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Notices dans des encyclopédies et manuels de références

  • (en-US) Shirelle Phelps (dir.) et Susan Marren, Contemporary Black Biography, vol. 15, Detroit, Michigan, Gale Research, , 303 p. (ISBN 9780787609542, OCLC 1148592738, lire en ligne), p. 150-156,
  • (en-US) Suzanne Michele Bourgoin (dir.), Encyclopedia of World Biography, vol. 11 : Michael-Orleans, Detroit, Michigan, Gale Research (réimpr. 2012, 2015) (1re éd. 1997), 531 p. (ISBN 9780787622213, ISSN 1099-7326, OCLC 55942291, lire en ligne), p. 188-190,
  • (en-US) Anne Commire (dir.) et Deborah Klezmer (dir.), Women in World History, vol. 11 : Mek - N, Waterford, Connecticut, Yorkin Publications et Gale Research (réimpr. 2000, 2001, 2002) (1re éd. 1999), 921 p. (ISBN 9781414412672, OCLC 186968548, lire en ligne), p. 466-471,
  • (en-US) Elizabeth H. Oakes (dir.), American Writers, New York, Facts on File, coll. « American Biographies », , 433 p. (ISBN 9780816051588, lire en ligne), p. 245-247,
  • (en-US) Jay Parini (dir.) et Kristine Yohe, The Oxford Encyclopedia of American Literature, vol. 3 : Norman Mailer - Sentimental Literature, New York, Oxford University Press, USA, , 557 p. (ISBN 9780195167269, lire en ligne), p. 167-182,
  • (en-US) Thomas Cassidy, Magill's Survey of American Literature, vol. 4 : Leacock-O'Connor, Pasadena, Californie, Salem Press, , 1925 p. (ISBN 9781587652851, lire en ligne), p. 1799-1809,
  • (en-US) Yolanda W. Page (dir.), Encyclopedia of African American Women Writers, vol. 2, Westport, Connecticut, Greenwood Press, , 689 p. (ISBN 9780313334290, OCLC 1148918142, lire en ligne), p. 423-433,
  • (en-US) Paul Finkelman (dir.) et Kimberly Burnett, Encyclopedia of African American History, 1896 to the Present : From the Age of Segregation to the Twenty-first Century, vol. 3 : J-N, New York, Oxford University Press, USA (réimpr. 2009) (1re éd. 2006), 525 p. (ISBN 9780195397680, OCLC 416601965, lire en ligne), p. 382-383,
  • (en-US) Henry Louis Gates Jr. (dir.), Evelyn Brooks Higginbotham (dir.) et Valerie Smith, African American National Biography, vol. 6 : Moore, Lenny-Romain, New York, Oxford University Press, USA (réimpr. 2013) (1re éd. 2008), 688 p. (ISBN 9780195160192, OCLC 1418672854, lire en ligne), p. 34-37,

Essais et biographies anglophones

Généralités
  • Linden Peach, Toni Morrison : Historical Perspectives and Literary Contexts, Londres & New York, RM Arts/London Weekend Television, coll. « Profile of a writer » (réimpr. 1995, 1996, 1998, 2000,) (1re éd. 1987), 212 p. (ISBN 9780780000292, OCLC 959767184, lire en ligne),
  • Nellie Y. McKay, Critical Essays on Toni Morrison, Boston, Massachusetts, G.K. Hall, coll. « Critical essays on American literature », , 238 p. (ISBN 9780816188840, OCLC 571387338, lire en ligne),
  • Harold Bloom (dir.), Toni Morrison, New York, Chelsea House Publishers, coll. « Modern Critical Views » (réimpr. 1999, 2002, 2004) (1re éd. 1990), 262 p. (ISBN 9781555464394, OCLC 797734992, lire en ligne)
  • Wilfred D. Samuels et Clenora Hudson-Weems, Toni Morrison, Boston, Massachusetts, Twayne Publishers, coll. « Twayne's United States authors series » (no 559) (réimpr. 1999) (1re éd. 1990), 184 p. (ISBN 9780805748338, OCLC 587091461, lire en ligne),
  • Doreatha Drummond Mbalia, Toni Morrison's Developing Btcass Consciousness, Susquehanna University Press (réimpr. 2004) (1re éd. 1991), 256 p. (ISBN 9781575910680, lire en ligne),
  • Douglas Century, Toni Morrison, New York, Chelsea House, coll. « Black Americans of achievement » (réimpr. 1994, 1999) (1re éd. 1991), 114 p. (ISBN 9780791018774, OCLC 903509062, lire en ligne),
  • Henry Louis Gates Jr. & Kwame Anthony Appiah, Toni Morrison: Critical Perspectives Past and Present, Amistad Press, , 468 p. (ISBN 9781567430127, lire en ligne),
  • Barbara Kramer, Toni Morrison: Nobel Prize-Winning Author, Enslow Publishers, septembre 1996, rééd. 31 décembre 1996, 120 p. (ISBN 9780894906886, lire en ligne),
  • Nancy J. Peterson (dir.), Toni Morrison : Critical and Theoretical, Baltimore, Maryland, Johns Hopkins University Press, coll. « A Modern Fiction Studies Book » (réimpr. 1998) (1re éd. 1997), 304 p. (ISBN 9780801857027, OCLC 605242066, lire en ligne),
  • Diane Patrick-Wexler, Toni Morrison, Steck-Vaughn, janvier 1997, rééd. 1 mars 1997, 56 p. (ISBN 9780817239879, lire en ligne),
  • Jill L. Matus, Toni Morrison, Manchester & New York, Manchester University Press, coll. « Contemporary world writers » (réimpr. 2000) (1re éd. 1998), 232 p. (ISBN 9780719044489, OCLC 833314508, lire en ligne),
  • Aoi Mori, Toni Morrison And Womanist Discourse, New York, Peter Lang Publishing, coll. « Modern American literature » (no 16) (réimpr. 2000) (1re éd. 1999), 180 p. (ISBN 9780820449609, OCLC 1195036143, lire en ligne),
  • Lisa Renee Rhodes, Toni Morrison : Great American Writer, New York, Franklin Watts, coll. « Book report biography » (réimpr. 2001) (1re éd. 2000), 132 p. (ISBN 9780531116777, OCLC 44461804, lire en ligne),
  • Ron David, Toni Morrison Explained : A Reader's Road Map to the Novels, New York, Random House Reference, , 228 p. (ISBN 9780375707322, lire en ligne),
  • John N. Duvall, The Identifying Fictions of Toni Morrison, Palgrave Macmillan, , 200 p. (ISBN 9780312234027, lire en ligne),
  • Jean F. Blashfield, Toni Morrison, Philadelphie, Pennsylvanie, Chelsea House Publications, coll. « Women of achievement » (réimpr. 2001, 2014) (1re éd. 2000), 120 p. (ISBN 9780791058862, OCLC 400118748, lire en ligne),
  • Harold Bloom, Toni Morrison's The bluest eye, Chelsea House Publications, 18 octobre 2001, rééd. 1 septembre 2007, 264 p. (ISBN 9780791096154, lire en ligne),
  • Gina Wisker, Toni Morrison : A Beginner's Guide, Londres, Hodder & Stoughton, , 100 p. (ISBN 9780340846179, lire en ligne),
  • Sandra Adell, Toni Morrison, Detroit, Mchigan, Gale, coll. « Literary masters » (no 4), , 176 p. (ISBN 9780787639679, OCLC 52821458, lire en ligne),
  • James Haskins, Toni Morrison : telling a tale untold, Twenty-First Century Books, , 152 p. (ISBN 9780761318521, lire en ligne),
  • Lucille P. Fultz, Toni Morrison : Playing with Difference, University of Illinois Press, , 141 p. (ISBN 978-0-252-02823-6, lire en ligne),
  • Elizabeth Ann Beaulieu (dir.), The Toni Morrison encyclopedia, Westport, Connecticut, Greenwood Press (réimpr. 2003) (1re éd. 2002), 448 p. (ISBN 9781429474597, OCLC 150445373, lire en ligne),
  • W. John Campbell, Toni Morrison: Her Life and Works, Spark Notes, , 232 p. (ISBN 9781586638382, lire en ligne),
  • Richard Andersen, Toni Morrison, New York, Marshall Cavendish Benchmark, coll. « Writers and their Works » (réimpr. 2006, 2007) (1re éd. 2005), 152 p. (ISBN 9780761419457, OCLC 1151445814, lire en ligne),
  • Shirley A. Stave (dir.), Toni Morrison and the Bible : Contested Intertextualities, New York, Peter Lang, coll. « African-American literature and culture » (no 12), , 276 p. (ISBN 9780820469355, OCLC 609271274, lire en ligne),
  • Lisa A. Crayton, A Student's Guide to Toni Morrison, Berkeley Heights, Enslow Publishers, , 168 p. (ISBN 9780766024366, lire en ligne),
  • Justine Tally (dir.), The Cambridge Companion to Toni Morrison, New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge companions to literature » (réimpr. 2009, 2012) (1re éd. 2007), 228 p. (ISBN 9780521861113, OCLC 1086478172, lire en ligne),
  • Zisca Burton (préf. Harold Bloom), Bloom's How to Write About Toni Morrison, New York, Bloom's Literary Criticism, coll. « Bloom's how to write about literature » (réimpr. 2008, 2017) (1re éd. 2007), 232 p. (ISBN 9781438112466, OCLC 783229684, lire en ligne),
  • La Vinia Delois Jennings, Toni Morrison and the Idea of Africa, Cambridge, Cambridgeshire, Cambridge University Press (réimpr. 2010) (1re éd. 2008), 264 p. (ISBN 9780521885041, OCLC 174449841, lire en ligne),
  • Solomon O. Iyasere (dir.) et Marla W. Iyasere (dir.), Toni Morrison (Critical Insights), Pasadena, Californie, Salem Press, coll. « Critical Insights », , 360 p. (ISBN 9781587656224, OCLC 1326036501, lire en ligne),
  • Harold Bloom (dir.), Toni Morrison, New York, Bloom's Literary Criticism, coll. « Bloom's modern critical views », , 240 p. (ISBN 9781604133684, lire en ligne),
  • Pelagia Goulimari, Toni Morrison, Londres et New York, Routledge, coll. « Routledge guides to literature », , 292 p. (ISBN 9780415420730, OCLC 711859454, lire en ligne),
  • Tessa Roynon, The Cambridge Introduction to Toni Morrison, New York, Cambridge University Press, coll. « Cambridge Introductions to Literature » (réimpr. 2013) (1re éd. 2012), 164 p. (ISBN 9780511782282, OCLC 832789959, lire en ligne),
  • Lisa A. Crayton, Reading and Interpreting the Works of Toni Morrison, New York, Enslow Publishing, coll. « Lit crit guides », , 168 p. (ISBN 9780766073524, OCLC 920672196, lire en ligne),
  • Linda Wagner-Martin, Toni Morrison : A Literary Life, New York, Palgrave Macmillan, coll. « Literary lives » (réimpr. 2022) (1re éd. 2015), 240 p. (ISBN 9781137446701, OCLC 906572448, lire en ligne),
Essais sur Beloved
  • Eleanor Branch, Toni Morrison's Beloved : A Critical Commentary, New York, Simon & Schuster, coll. « Monarch Notes », , 100 p. (ISBN 9780671671297, OCLC 19112406, lire en ligne),
  • Laura Gray, York Notes on "Beloved", Harlow, Essex, Longman, coll. « York notes » (réimpr. 1997, 1998, 2005) (1re éd. 1996), 76 p. (ISBN 9780582293472, OCLC 1195034361, lire en ligne),
  • Barbara Solomon (dir.), Critical Essays on Toni Morrison's Beloved, New York, G.K. Hall, coll. « Critical Essays on American Literature », , 344 p. (ISBN 9780783800493, OCLC 1408386800, lire en ligne),
  • Carl Plasa (dir.), Toni Morrison : Beloved, New York, Columbia University Press, coll. « Columbia Critical Guides » (réimpr. 1999, 2000,) (1re éd. 1998), 176 p. (ISBN 9781840461381, OCLC 1151419564, lire en ligne),
  • Harold Bloom (dir.), Toni Morrison's Beloved, Philadelphie, Pennsylvanie, Chelsea House Publishers, coll. « Modern Critical Interpretations » (réimpr. 1999, 2002, 2006, 2009) (1re éd. 1998), 238 p. (ISBN 9780791051320, OCLC 1036962571, lire en ligne),
  • William L. Andrews (dir.), Toni Morrison's Beloved : A Casebook, New York, Oxford University Press, USA (réimpr. 2006, 2023) (1re éd. 1999), 244 p. (ISBN 9780195107975, OCLC 1406781661, lire en ligne),
  • Kathleen K. Marks, Toni Morrison's Beloved and the Apotropaic Imagination, Columbia, Missouri, University of Missouri Press (réimpr. 2003) (1re éd. 2002), 184 p. (ISBN 9780826214379, OCLC 56479785, lire en ligne),
  • Nancy J. Peterson, Beloved : Character Studies, Londres & New York, Continuum, , 132 p. (ISBN 9780826495747, OCLC 1147725907, lire en ligne),
  • Dedria Bryfonski, Slavery in Toni Morrison's Beloved, Detroit, Michigan, Greenhaven Press, coll. « Social Issues in Literature », , 204 p. (ISBN 9780737766370, OCLC 824947692, lire en ligne),
  • Maureen N. Eke (dir.), Critical Insights : Beloved, Pasadena, Calfornie, Salem Press, , 282 p. (ISBN 9781619258280, lire en ligne),
Essais sur Song of Solomon
  • Harold Bloom, Toni Morrison's Song of Solomon, New York, Bloom's Literary Criticism, coll. « Bloom's Modern Critical Interpretations » (réimpr. 2009) (1re éd. 1999), 232 p. (ISBN 9781604133929, OCLC 427878134, lire en ligne),
  • Vladimir Kleyman, Song of Solomon, New York, Spark Publishing, coll. « Sparknotes » (réimpr. 2009, 2014, 2018) (1re éd. 2002), 92 p. (ISBN 9781411477704, OCLC 1343119155, lire en ligne),
  • Jan Furman (dir.), Toni Morrison's Song of Solomon : A Casebook, New York, Oxford University Press, USA, coll. « Casebooks in Criticism » (réimpr. 2023) (1re éd. 2003), 292 p. (ISBN 9780195146349, OCLC 606953889, lire en ligne),

Articles et interviews

Anglophones
Interviews
  • Robert Stepto, « "Intimate Things in Place": A Conversation with Toni Morrison », The Massachusetts Review, vol. 18, no 3,‎ , p. 473-489 (17 pages) (lire en ligne ),
  • Nellie McKay, « An Interview with Toni Morrison », Contemporary Literature, vol. 24, no 4,‎ , p. 413-429 (17 pages) (lire en ligne ),
  • Christina Davis, « Interview With Toni Morrison », Présence Africaine, Nouvelle série, no 145,‎ 1 trimestre 1988, p. 141-150 (10 pages) (lire en ligne ),
  • Cecil Brown & Toni Morrison, « Interview with Toni Morrison », The Massachusetts Review, Vol. 36, No. 3,‎ , p. 455-473 (19 pages) (lire en ligne),
  • Leon Botstein et Chinua Achebe, « Things Fall Together : a Conversation with Chinua Achebe and Toni Morrison », Transition, no 89,‎ , p. 150-165 (16 pages) (lire en ligne ). ,
  • Sarah Ladipo Manyika, « On Meeting Toni Morrison », Transition, no 124,‎ , p. 138-147 (10 pages) (lire en ligne),
Généralités
  • Jane S. Bakerman, « Failures of Love: Female Initiation in the Novels of Toni Morrison », American Literature, vol. 52, no 4,‎ , p. 541-563 (23 pages) (lire en ligne ),
  • Cynthia A. Davis, « Self, Society, and Myth in Toni Morrison's Fiction », Contemporary Literature, vol. 23, no 3,‎ , p. 323-342 (20 pages) (lire en ligne ),
  • Grace Ann Hovet et Barbara Lounsberry, « Flying as Symbol and Legend inToni Morrison's "The Bluest Eye, Sula," and "Song of Solomon" », CLA Journal, vol. 27, no 2,‎ , p. 119-140 (22 pages) (lire en ligne ),
  • Elizabeth B. House, « The "Sweet Life" in Toni Morrison's Fiction », American Literature, vol. 56, no 2,‎ , p. 181-202 (22 pages) (lire en ligne ),
  • Josie P. Campbell, « To Sing the Song, to Tell the Tale: A Study of Toni Morrison and Simone Schwarz-Bart », Comparative Literature Studies, vol. 22, no 3,‎ 394-412 (19 pages) (lire en ligne ),
  • Elizabeth B. House, « Artist and the Art if Living : Order and Disorder in Toni Morrison's Fiction », Modern Fiction Studies, vol. 34, no 1,‎ , p. 27-44 (18 pages) (lire en ligne ),
  • Anthony J. Berret, « Toni Morisson's », CLA Journal, Vol. 32, No. 3,‎ , p. 267-283 (17 pages) (lire en ligne),
  • Jacky Martin, « From Division to Sacrificial Reconciliation in Toni Morrison's Novels », Obsidian II, vol. 5, no 2,‎ , p. 80-99 (20 pages) (lire en ligne ),
  • Ashraf H. A. Rushdy, « "Rememory": Primal Scenes and Constructions in Toni Morrison's Novels », Contemporary Literature, vol. 31, no 3,‎ , p. 300-323 (24 pages) (lire en ligne ),
  • Edward Guerrero, « Tracking "The Look" in the Novels of Toni Morrison », Black American Literature Forum, vol. 24, no 4,‎ , p. 761-773 (13 pages) (lire en ligne ),
  • Malin LaVon Walther, « Out of Sight: Toni Morrison's Revision of Beauty », Black American Literature Forum,, vol. 24, no 4,‎ , p. 775-789 (15 pages) (lire en ligne ),
  • Timothy B. Powell, « Toni Morrison: The Struggle to Depict the Black Figure on the White Page », Black American Literature Forum, vol. 24, no 4,‎ , p. 747-760 (14 pages) (lire en ligne ),
  • Catherine Rainwater, « Worthy Messengers: Narrative Voices in Toni Morrison's Novels », Texas Studies in Literature and Language, vol. 33, no 1,‎ , p. 96-113 (18 pages) (lire en ligne ),
  • Elissa Schappell & Claudia Brodsky Lacour, « Toni Morrison, The Art of Fiction No. 134 », Paris review n°128,‎ (lire en ligne),
  • Chrysavgi Papagianni, « Justine Baillie, Toni Morrison and Literary Tradition: The Invention of an Aesthetic », European Journal of American Studies,‎ (lire en ligne),
The Bluest Eye
  • Jacqueline de Weever, « The Inverted World of Toni Morrison's "The Bluest Eye" and "Sola" », CLA Journal, vol. 22, no 4,‎ , p. 402-414 (13 pages) (lire en ligne ),
  • Marco Portales, « Toni Morrison's "The Bluest Eye ": Shirley Temple and CHolly », The Centennial Review, vol. 30, no 4,‎ , p. 496-506 (11 pages) (lire en ligne ),
  • Thomas H. Fick, « Toni Morrison's "Allegory of the Cave": Movies, Consumption, and Platonic Realism in "The Bluest Eye" », The Journal of the Midwest Modern Language Association, vol. 22, no 1,‎ , p. 10-22 (13 pages) (lire en ligne ),
  • Jane Caputi, « "Specifying" Fannie Hurst: Langston Hughes's "Limitations of Life," Zora Neale Hurston's Their Eyes were Watching God, and Toni Morrison's the Bluest Eye as "Answers" to Hurst's Imitation of Life », Black American Literature Forum, vol. 24, no 4,‎ , p. 697-716 (20 pages) (lire en ligne )
  • « The First Reviews of Every Toni Morrison Novel, from "The Bluest Eye" to" God Help the Child" », Book Marks Review,‎ (lire en ligne),
Sula
  • Diane Matza, « Zora Neale Hurston's Their Eyes Were Watching God and Toni Morrison's Sula: A Comparison », MELUS, vol. 12, no 3,‎ , p. 43-54 (12 pages) (lire en ligne ),
  • Vashti Crutcher Lewis, « African Tradition in Toni Morrison's Sula », Phylon (1960-), vol. 48, no 1,‎ , p. 91-97 (7 pages) (lire en ligne ),
  • Joseph H. Wessling, « Narcissism in Toni Morrisin's "Sula" », CLA Journal, vol. 31, no 3,‎ , p. 281-298 (18 pages) (lire en ligne ),
  • Maxine Lavon Montgomery, « A Pilgrimage to the Origins: The Apocalypse as Structure and Theme in Toni Morrison's Sula », Black American Literature Forum, vol. 23, no 1,‎ , p. 127-137 (11 pages) (lire en ligne ),
  • Cedric Gael Bryant, « The Orderliness of Disorder: Madness and Evil in Toni Morrison's Sula », Black American Literature Forum, vol. 24, no 4,‎ , p. 731-745 (15 pages) (lire en ligne ),
  • Monika Hoffarth-Zelloe, « Resolving the Paradox?: An Interlinear Reading of Toni Morrison's "Sula" », The Journal of Narrative Technique, vol. 22, no 2,‎ , p. 114-127 (14 pages) (lire en ligne ),
Song of Solomon
  • A. Leslie Harris, « Myth as Structure in Toni Morrison's Song of Solomon », MELUS, vol. 7, no 3,‎ , p. 69-76 (8 pages) (lire en ligne )
  • Philip M. Royster, « Milkman's Flying: The Scapegoat Transcended in Toni Morrison's "Song of Solomon" », CLA Journal, vol. 24, no 4,‎ , p. 419-440 (22 pages) (lire en ligne ),
  • James W. Coleman, « Beyond the Reach of Love and Caring : Black Life in Toni Morrison's "Song of Solomon" », Obsidian II, vol. 1, no 3,‎ , p. 151-161 (11 pages) (lire en ligne ),
  • Joyce Ann Joyce, « Structural and Thematic Unity in Toni Morrison's "Song of Solomon" », CEA Critic, vol. 49, nos 2/4,‎ hiver 1986 - été 1987, p. 185-198 (14 pages) (lire en ligne ),
  • Harry Reed, « Toni Morrison, "Song of Solomon" and Black Cultural Nationalism », The Centennial Review,, vol. 32, no 1,‎ , p. 50-64 (15 pages) (lire en ligne ),
  • Theodore O. Mason, Jr., « The Novelist as Conservator: Stories and Comprehension in Toni Morrison's "Song of Solomon" », Contemporary Literature, vol. 29, no 4,‎ , p. 564-581 (18 pages) (lire en ligne ),
  • Ralph Story, « An Excursion into the Black World: The "Seven Days" in Toni Morrison's Song of Solomon », Black American Literature Forum, vol. 23, no 1,‎ , p. 149-158 (10 pages) (lire en ligne ),
  • Dolan Hubbard, « In Quest if Authority : Toni Morrison's "Song of Solomon" and the Rhetoric of the Black Preacher », CLA Journal, vol. 35, no 3,‎ , p. 288-302 (15 pages) (lire en ligne ),
  • Gay Wilentz, « Civilizations Underneath: African Heritage as Cultural Discourse in Toni Morrison's Song of Solomon », African American Review, vol. 26, no 1,‎ , p. 61-76 (16 pages) (lire en ligne ),
Tar Baby
  • Peter B. Erickson, « Images of Nurturance in Toni Morrison's "Tar Baby" », CLA Journal, vol. 28, no 1,‎ , p. 11-32 (22 pages) (lire en ligne )
  • James Coleman, « The Quest for Wholeness in Toni Morrison's Tar Baby », Black American Literature Forum, vol. 20, nos 1/2,‎ printemps-été 1986, p. 63-73 (11 pages) (lire en ligne ),
  • Lauren Lepow, « Paradise Lost and Found: Dualism and Edenic Myth in Toni Morrison's "Tar Baby" », Contemporary Literature, vol. 28, no 3,‎ , p. 363-377 (15 pages) (lire en ligne ),
  • Susan Corey Everson, « Toni Morrison's "Tar Baby": A Resource for Feminist Theology », Journal of Feminist Studies in Religion, vol. 5, no 2,‎ , p. 65-78 (14 pages) (lire en ligne ),
Beloved
  • Jewell Parker Rhodes, « Toni Morrison's Beloved: Ironies of a "Sweet Home" Utopia in a Dystopian Slave Society », Utopian Studies, vol. 1, no 1,‎ , p. 77-92 (16 pages) (lire en ligne ),
  • Barbara Offutt Mathieson, « Memory and Mother Love in Morrison's "Beloved" », American Imago, vol. 47, no 1,‎ , p. 1-21 (21 pages) (lire en ligne ). ,
  • Brian Finney, « Temporal Defamiliarization in Toni Morrison's "Beloved" », Obsidian II, vol. 5, no 1,‎ , p. 20-36 (17 pages) (lire en ligne ),
  • Barbara Schapiro, « The Bonds of Love and the Boundaries of Self in Toni Morrison's "Beloved" », Contemporary Literature, vol. 32, no 2,‎ , p. 194-210 (17 pages) (lire en ligne ),
  • Giulia Scarpa, « Narrative Possibilities at Play in Toni Morrison's Beloved », MELUS, vol. 17, no 4,‎ hiver 1991-1992, p. 91-103 (13 pages) (lire en ligne ),
Jazz
  • Richard Pearce, « Toni Morrison's "Jazz": Negotiations of the African American Beauty Culture », Narrative, Vol. 6, No. 3,‎ , p. 307-324 (18 pages) (lire en ligne)
  • Anthony J. Berret, « Toni Morrison's Literary Jazz », CLA Journal, vol. 32, no 3,‎ , p. 267-283 (17 pages) (lire en ligne ),
Paradise
  • Marni Gauthier, « The Other Side of "Paradise": Toni Morrison's (Un)Making of Mythic History », African American Review, vol. 39, no 3,‎ , p. 395-414 (20 pages) (lire en ligne ). 
A Mercy
  • Geneva Cobb Moore, « A Demonic Parody: Toni Morrison's "A Mercy" », The Southern Literary Journal, vol. 44, no 1,‎ , p. 1-18 (18 pages) (lire en ligne ). 
Francophones
  • Philippe Boulet-Gercourt, « Toni Morrison, la star », Le Nouvel Observateur, no 2494,‎ , p. 102 à 104 (ISSN 0029-4713),
  • Jean-Baptiste Harang, Une fugue de jazz, si cela existe, article publié dans Le Nouveau Magazine Littéraire, 2012/9 (No 523), p. 51-51,
  • « Être black n’a pas toujours été beautiful » », interview de Toni Morrison menée par Laurence Lemoine pour le magazine Psychologies, 2012,
  • André Clavel , « Toni Morrison, les quatre livres à lire en priorité », L'Express, 2012.

Documents audiovisuels et audiophoniques

  • Toni Morrison en personne, interview menée par Audrey Ripoull pour France Inter, 2016
  • Toni Morrison, inlassable conteuse de l'Amérique noire, émission animée par Tirthankar Chanda pour RFI, 2015,
  • Toni Morrison, émissions sur France Culture, 2012

Articles connexes

  • Black feminism
  • Littérature afro-américaine

Liens externes

  • (en) Site officiel
  • Ressources relatives à la musique :
    • Carnegie Hall
    • Discogs
    • Grove Music Online
    • MusicBrainz
    • Songkick
  • Ressources relatives à la littérature :
    • Internet Speculative Fiction Database
    • Kritisches Lexikon zur fremdsprachigen Gegenwartsliteratur
    • NooSFere
    • The Paris Review
  • Ressources relatives au spectacle :
    • Archives suisses des arts de la scène
    • Les Archives du spectacle
  • Ressources relatives à la vie publique :
    • C-SPAN
    • National Humanities Medal
  • Ressources relatives à la bande dessinée :
    • BD Gest'
    • Comic Vine
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Africultures
    • IMDb
  • Ressource relative à la recherche :
    • Diffusion des savoirs de l'École normale supérieure
  • Ressource relative à plusieurs domaines :
    • Radio France
  • (en) Autobiographie sur le site de la fondation Nobel (le bandeau sur la page comprend plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par la personne lauréate — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)
  • Portail de la littérature américaine
  • Portail de la littérature d’enfance et de jeunesse
  • Portail de la fantasy et du fantastique
  • Portail du théâtre
  • Portail du prix Nobel
  • Portail des Afro-Américains
  • Portail des femmes et du féminisme
  • Portail des droits de l’homme
  • Portail de l’Ohio

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Toni Morrison de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

roman

Afficher "L'oeil le plus bleu"Afficher "Home"